Retours sur le UXPLORE des UX Flupa days 2018

0

UXPLORE La plus grande conférence d’UX design en France s’est déroulée les 14 et 15 juin 2018 à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris. J’ai eu la chance de pouvoir assister à la journée de conférences du vendredi où divers experts sont venus partager leurs méthodes de design.

Flupa ? C’est quoi ?

L’association Flupa

L’association Flupa est une association de professionnels du digital qui rassemble ergonomes d’interface, UX/UI designers, architectes de l’information… Ces métiers ne vous parlent peut-être pas. Pourtant depuis quelques années en France, et un peu plus outre Atlantique, les métiers qui consistent à prendre le temps de concevoir des outils logiciels, des applications mobiles, des sites internet (mais aussi maintenant des robots, des jeux vidéos en réalité augmentée, etc.) en étroite collaboration avec les utilisateurs finaux ont émergé. Je fais partie de ces personnes qui souhaitent changer un peu la manière de concevoir des solutions. Notre but est simple : faciliter la vie de ceux qui vont manipuler le produit.

L’association assure chaque année les “UX days” pour que chacun puisse partager son expérience, participer à des ateliers de conception, rencontrer d’autres professionnels du milieu UX.

 

Ok ok. Et donc, c’était quoi ces conférences ?

Riche programme

J’ai assisté aux conférences suivantes :

  • Design inclusif par Sara Wachter-Boettcher
  • Playbook de l’équipe Product et Expérience de Blablacar par Tristan Charvillat
  • Bons outils pour concevoir un design system par Anthony Adam
  • Kit de persuasion digitale pour les honnêtes UX designers par Jidé Tidjani-Serpos
  • Résultats de recherche en neuroergonomie par Yannick Daviaux
  • Le diagramme Café par Emmanuelle Marévéry
  • L’UX avec peu de moyens par Olivier Hournau
  • L’UX dans les technologies très récentes (réalité augmentée, robots…)

Et cette riche journée s’est terminée par l’intervention de Jennifer Romano-Bergstrom qui nous a partagé sa méthode de travail en tant qu’UX research senior chez Facebook.

Je respecte le temps d’attention que vous consacrez à cet article et je ne vais donc pas résumer ici chacune de ces conférences mais je vais vous présenter le contenu de deux d’entre elles, que j’ai particulièrement appréciées.

Design inclusif

La journée a commencé par une intervention de l’expert UX Sara Wachter-Boettcher sur le design inclusif.

 

Design inclusif ? Une expression bizarre de designer ?

Moi-même, encore junior dans le domaine de l’UX puisque fraîchement sorti d’école, je ne connaissais pas vraiment ce terme “design inclusif”. En fait c’est relativement simple. Il s’agit, lorsque l’on conçoit un produit, aussi “positif” soit-il, de se poser la question en phase de recherche : “Comment ce produit pourrait-il blesser des gens ?
Sara a partagé de nombreux exemples, certains où les concepteurs n’ont pas dû se poser cette question et où le résultat ne s’est pas fait attendre, d’autres où le produit a évolué dans le bon sens pour s’adapter à plus de monde que la cible initiale. Je vais citer un exemple malheureux qui m’a marqué.

Un homme attristé par le décès de sa fille décide de poster une photo d’elle sur Facebook. De nombreux amis ont “liké” la photo en signe de soutien. Et quelques temps plus tard, Facebook lui propose de “revivre” son année. En partant du principe qu’il avait posté un contenu positif qui a reçu de nombreux “J’aime”, on lui montre la photo de sa fille entourée de gens qui dansent et font la fête. Oups !

Lorsqu’une entreprise se voit accablée d’une telle affaire parce que son produit a profondément blessé une ou plusieurs personnes, l’argument de défense est systématiquement le même : “On n’a pas pensé à ce cas. Nous sommes optimistes. Nous ne pensions pas faire de mal.”

Bien sûr, penser à tous les cas c’est presque impossible. Et cela peut même nuire à votre business car vous allez prendre le temps de réfléchir et développer des algorithmes peut-être plus complexes pour s’adapter à une minorité d’utilisateurs. Lorsque l’on répond uniquement à des actionnaires, le design inclusif risque de passer à la trappe puisqu’il peut vous faire perdre de l’argent, c’est un fait. Mais il est ici question d’éthique, de respect de l’utilisateur, du partage de la culture de l’entreprise. Alors est-ce que cela ne vaut le coup pas de travailler encore un peu plus dur ?

Diagramme café

Une autre de mes conférences préférées a été celle d’Emmanuelle Marévéry sur ce qu’elle appelle son “diagramme café”.

Encore une expression de designer…

Peut-être mais celle là, avouez qu’elle ne fait pas trop peur… Regardez comme il est simple ce diagramme :

Un diagramme simple qui pourrait aider à savoir ce dont les utilisateurs ont besoin (concernant la dégustation d’un café sur la place publique par exemple) en leur demandant ce qu’ils mettraient dans les catégories suivantes :

  • Prérequis
  • Moteur d’achat et de décision
  • Plus
  • Inutile

Puis, lorsqu’ils sont à court d’idée, leur demander de classer les fonctionnalités auxquelles vous aviez pensé mais pas l’utilisateur.

En croisant les diagrammes de divers utilisateurs, vous pourrez construire des personas représentatifs et savoir ce qui importe vraiment aux utilisateurs. Ainsi, vous saurez quoi développer en priorité et surtout sur quoi consacrer l’essentiel de vos ressources.

L’avantage incontesté de cette méthode est qu’elle est peu coûteuse et facile à comprendre et donc à proposer à des clients qui ne sont pas familiers avec les méthodes UX classiques.

J’arrête cet article ici. Cette journée a été l’occasion d’apprendre et se sensibiliser à certains sujets qui nous concernent, designers, ingénieurs, pour créer de meilleures expériences. Le but pour l’an prochain étant d’y retourner pourquoi pas pour la journée d’ateliers cette fois afin de rentrer dans la pratique.

Pour en savoir plus sur le contenu des différentes conférences, n’hésitez pas à regarder les rediffusions de cette journée : https://vimeo.com/flupa.

 

Remerciements

Je remercie AddixWare de m’avoir donné l’opportunité d’assister à cette journée.
Flupa a organisé une journée qui m’a donné quelques idées et pourrait bien m’être rapidement utile dans mes projets.

Share.

About Author

Associée chez Addixware, je suis en charge du développement de la région PACA et assure la cohésion et le développement humain d’Addixware . En rejoignant Addixware, l’idée était de créer une SSII pas comme les autres . Aujourd’hui mon rôle s’étend à trouver des opportunités de carrière à des ingénieurs ou consultants informatique en axant ma recherche sur leurs volontés et en tenant compte de leurs souhaits techniques et de leurs souhaits personnels. Je souhaite renverser le marché et trouver aux candidats des postes dans lesquels ils peuvent s’épanouir professionnellement et personnellement. Une fois intégré à l’entreprise , je m’occupe également du suivi de leur projet et de leur évolution de carrière . Dans l’informatique depuis 20 ans, je suis également formée à des techniques de développement personnel (PNL, Sophrologie) qui me servent au quotidien dans le management de mes équipes .

Leave A Reply