Retour du NSVIKING 2018 la plus grande conférence Angular

0

Bonjour à tous !

Le 1er et 2 mars 2018 se tenait à Helsinki (Finlande) l’une des plus grandes conférences Angular, la Ng-Vikings. Avec l’aide d’Addixware, nous avons décidé avec Timur, de nous y rendre afin de découvrir les dernières tendances et l’avenir, proche ou lointain, du framework.

42 conférences sur 2 jours

Jour 1 –
Le premier jour a commencé très fort ! Dès l’entame de la journée, nous avons eu le droit à un speech d’une heure de la part de Matias Niemelä l’un des développeurs principaux du framework #Angular. Il s’est tout particulièrement occupé de la partie des animations sur le framework. Il a tout d’abord fait un récapitulatif sur l’histoire d’Angular, de AngularJS à Angular 5 aujourd’hui. Mais ce n’est pas tout, il nous a aussi expliqué comment il a rejoint l’équipe principale d’Angular chez Google, lui qui n’était qu’un simple contributeur au départ. Ensuite, la partie la plus intéressante, il nous a parlé du futur d’Angular. Tout d’abord, nous avons appris que la version 6 du framework allait sortir cet été. Ensuite, au niveau des améliorations du framework, l’accent était particulièrement mis sur le fait que les applications allaient être bien plus légères mais aussi bien plus performantes.

Conférence des Matias Niemelä – 5 ans de Angular

Ce même jour, nous avons eu des conférences sur les Progressive Web App avec Angular, la puissance et les limites des Observables, les websockets et même une conférence sur comment faire un jeu vidéo multi-joueur avec Angular et Firebase. Voir autant de sujets différents autour du même framework était vraiment très intéressant et nous avons pu constater l’étendu des possibilités d’Angular. Nous avons aussi pu faire la connaissance d’un développeur français, Julien Renaux, qui est venu nous faire découvrir, au travers de sa conférence, le framework StencilJS. Il nous a apprit que ce framework reprenait des principes d’Angular mais aussi de React, les deux communautés pourraient justement y trouver chacun leur compte. Voilà pour la première journée, on est prêt (grâce au café surtout) à enchainer la deuxième !

 

Entrée de la conférence après la première journée

Déployement d’Angular et Node dans le Cloud

Jour 2 –
Après quelques tasses de café accompagnées des Karjalanpiirakka (petites tartes à la betterave), nous arrivons au campus universitaire bouillonnant de monde pour commencer cette deuxième journée de conférences.

La fameuse Karjalanpiirakka, très dur à prononcer, mais qu’est-ce que c’est bon 😉

Et elle attaque très fort avec la star de cet évènement – John Papa (Microsoft USA), qui nous présentait son talk intitulé « Deploy Angular and Node to the Cloud ».
Le déploiement a toujours été compliqué pour les applis front – comment s’assurer que l’environnement de production soit le même que celui de dev, et être sûr que les versions des dépendances ne bougent pas entre les environnements ? Avec une séance de live coding (qui n’a même pas subit le fameux « effet démo »), John Papa nous a montré l’ensemble d’outillage pour VS Code et Docker permettant de facilement packager et livré une application sur le cloud Microsoft Azure et c’est bien plus facile qu’on pourrait le croire – il suffit de créer un container docker (il est possible de le composer directement depuis VS Code) et utiliser les Azure Tools for Visual Studio Code pour déployer cette image directement sur un endpoint Azure. Wow !

John Papa durant sa présentation « Deploy Angular and Node to the Cloud ».

Puis nous avons écouté un collègue de John Papa – Asim Husain (Microsoft UK) qui nous a présenté son talk – « How to hack an Angular app? », duquel nous pouvons retenir un leitmotiv – il faut se tenir à jour! Durant ce talk, Asim nous a expliqué, avec des exemples concrets, que 85% des failles des applications front proviennent des dépendances du projet qui ne sont plus à jour ! Selon lui, un développeur qui se protège est avant tout un développeur qui se tient à jour des nouveautés, qui suit les releases des outils qu’il utilise.
Un autre talk de cette journée qui nous a vraiment marqué est celui de Martin Hochell – « Use React tools for better Angular apps ». Martin, comme il se décrit lui-même, est un amateur des sports extrêmes, un avocat des nouvelles technologies, de l’ouverture d’esprit et surtout un Jedi en Angular et React. Et durant son talk il nous a présenté tout un ensemble d’outils conçus pour l’écosystème de React mais qui se sont prouvés très utiles dans un projet Angular. Il a notamment parlé de Jest, le test runner magique conçu et utilisé par Facebook, de Prettier – le formateur de code automatique (qui est aussi utilisé sur toute la stack de Facebook !) ou encore de Storybook, un outil qui permet d’exposer des composants et leur API aux développeurs qui peuvent tester en live les comportements de ces petites briques.

Qu’est-ce que nous avons retenu de tout ça ?

  1. Angular est mature : jusqu’à cette année, à chaque conférence, les équipes Angular annonçaient de gros changements, de nouvelles features et des breaking changes. Depuis pas très longtemps, ce n’est plus le cas. Le framework s’est stabilisé, la communauté est devenue plus mature est Angular peut désormais être assez feature-complete pour vraiment être une solution aux problématiques des différents projets (surtout pour les grosses entreprises !), sans se soucier que la prochaine version va casser le code déjà écrit.
  2. @ngrx est populaire : NgRx, le state manager basé sur Redux (et compatible avec tous les outils/plugins/middlewares pour Redux), devient de plus en plus prisé et son approche est bien comprise par la communauté. La progression de ce projet est spectaculaire, et nous attendons avec impatience les prochaines versions de ce projet !
  3. Les entreprises <3 Angular : avec des entreprises comme Nrwl.io, qui donnent un coup de pouce à la communauté Angular, nous espérons de voir de plus en plus d’acteurs privés contribuer à cette aventure collective. L’adoption massive des « schematics » (qui sont désormais même utilisés sur RxJs), nous pouvons plus facilement automatiser la génération de code et des mises à jour qui sont en effet indispensables pour de gros projets.
  4. Les PWA sont à la mode ! : Les Progressive Web Applications sont un mélange des features que l’on a l’habitude de voir dans les applications mobiles natives (le mode hors-ligne, les notifications push, etc.) avec celles des applications web traditionnels. Avec le support des PWA par Windows 10 et des technologies de Server Side Rendering, ce type d’applications sont vraiment très à la mode cette année !

L’ambiance est à son comble pour l’après midi de cette deuxième journée de conférence.

Article écrit avec mon ami Timur Rustamov

Share.

About Author

Leave A Reply